Histoires de petites gens

Djibril DIOP MAMBETY

ACCUEIL | | Histoires de petites gens
VOIR LE FILM
PHOTOS

Histoires de petites gens

Un film de Djibril DIOP MAMBETY

Le Franc : 1994 / La petite vendeuse de Soleil 1999 | Documentaire | Le Franc : 44 mn / La petite vendeuse de Soleil 45 mn | JHR FILMS

Distributeur
JHR FILMS
0033 9 50 45 03 62
hague.philippe@gmail.com

Site du film

Synopsis

LE FRANC

À quoi rêve un musicien dans l’ennui sinon de son instrument ?
Marigo rêve de son congoma, confisqué par sa vilaine propriétaire, pour cause de non – paiement chronique de loyers.
Pauvre musicien Marigo. Ce congoma, c’est toute sa vie. Mais la veine veut que Marigo s’approprie un billet de loterie
nationale. Un précieux document qu’il va coller soigneusement et énergiquement à sa porte, puis recouvrir du poster
d’un héros de son enfance qui jaunissait au-dessus de son lit branlant. Il s’agit de mettre le billet à l’abris de tout visiteur, au cas
où… Soir du tirage. La roue tourne, tourne. La fortune explose aux yeux et oreilles de Marigo. Le numéro gagnant est le 555.
Celui de son billet collé. Mais l’ennui est que Marigo a bel et bien collé le billet à sa porte. Qu’à cela ne tienne ! Il arrache la porte
de ses gonds et l’emporte sur sa tête. Direction le guichet de la loterie nationale, à bien des kilomètres au centre-ville.
Épouvantable Golgotha. Mais plus Jésus Christ que Marigo tu meurs ! Marigo millionnaire dans quelques heures. Mille
congomas, un orchestre, un avion particulier. Comme James Brown. Pardi ! Un dernier obstacle lui est révélé cependant devant le guichet : Il a bel et bien gagné le gros lot. Mais le numéro de contrôle indispensable pour tout paiement se trouve noté sur le verso du billet collé.Sapristi ! Décoller le billet sans altérer le numéro de contrôle ! Là est la question ! Qu’à cela ne tienne ! Marigo a une idée de génie. Assis sur un rocher, face à l’océan, Marigo propose sa porte précieuse aux caresses des vagues. La mer peut être terrible au soir, sur la côte ouest de l’Atlantique.

Scénario et réalisation – Djibril DIOP MAMBETY 
Production – Waka films AG Suisse, Cephéide productions France, Maag Daan Sénégal
Productrice déléguée et exécutive – Silvia Voser
Image – Jacques Besse
Assistant opérateur – Makhete Diallo
Son – Alioune M’Bow
Chef électricien /machiniste – Arona Camara
Montage – Sarah Taouss Matton
Mixeur – Massimo Pellegrini
Pellicule – Kodak Suisse
Laboratoire restauration – Eclair France
Laboratoire – Telcipro France
Matériel – Megarent Suisse
Montage et mixage – Pic Film Suisse

LA PETITE VENDEUSE DE SOLEIL

Depuis fort longtemps, la vente des journaux à la criée dans les rues de Dakar était l’apanage des garçons. Mais depuis ce matin cette mainmise est remise en cause. Que s’est-il passé ? Sili – c’est ainsi que l’on prénomme la petite fille – a entre les dix et treize ans. Elle vit sur les trottoirs, se déplace à l’aide de deux béquilles. Elle tend la main mendiante, là où les garçons proposent les journaux. Mais ce matin elle a été violemment bousculée par les garçons ! Elle a roulé sur l’asphalte. Son pagne s’est ouvert, livrant sa fragile intimité. Ses béquilles se sont retrouvées à des mètre d’elle. Elle a dû ramer pour se remettre debout. Elle est profondément vexée. Sa décision est prise. Dès demain, elle vendra les journaux comme tout le monde. Ce qui est valable pour l’homme l’est également pour la femme. Ce petit monde des vendeurs de journaux est sans pitié. Elle y rencontrera la douleur, le rêve et enfin l’amitié. Cette histoire est un hymne au courage des enfants de la rue.
Ainsi cette histoire se jette à la mer. Le premier nez qui la respirera, ira au paradis.

Scénario et réalisation – Djibril DIOP MAMBETY
Image – Jacques Besse.
Son – Alioune M’Bow
Montage – Sarah Taouss-Matton
Production – Maag Daan, Waka films AG, Céphéïde Productions
Produit par Djibril Diop Mambety, Silvia Voser
Pellicule – Kodak Suisse
Laboratoire restauration – Eclair France
Laboratoire – Telcipro France
Matériel – Megarent Suisse
Montage et mixage – Pic Film Suisse

Réalisateur
Djibril DIOP MAMBETY

Fils d'un imam, Djibril Diop Mambety est né en 1945 à Colobane, dans la banlieue de Dakar (Sénégal). Il est le frère aîné du compositeur et musicien Wasis Diop et l'oncle de l'actrice Mati Diop. Après des études de théâtre, il débute en tant que comédien au Théâtre National Daniel Sorano à Dakar dont il fût pendant un temps sociétaire. Il joue dans plusieurs films sénégalais et italiens. Il crée le premier café-théâtre sénégalais à l'âge de dix-sept ans. Le directeur du Centre culturel français de Dakar lui prête de l'équipement et un cameraman pour tourner ses premiers courts métrages en 1969, Contras' city et Badou boy. Il réalise en en 1972 son premier long métrage Touki-Bouki (ou Le Voyage de la hyène. Puis Hyènes (1992), il souhaitait réunir ces deux films dans un projet de trilogie sur le pouvoir et la folie. En 1995, il entreprend une trilogie qu'il appelle Histoires de petites gens. Il n'en tournera que les deux premiers volets, Le Franc (1995) - qui obtient le Prix du meilleur court métrage, lors du 5e Festival du cinéma africain de Milan - et son dernier film, La Petite Vendeuse de soleil (1998). Il décède le 23 juillet 1998 à Paris d’un cancer du poumon.


VOIR LA BANDE ANNONCE
MÉDIAS