Suprêmes

Audrey ESTROUGO

VOIR LE FILM
PHOTOS

Suprêmes

Un film de Audrey ESTROUGO

2021 | Fiction, inspirée de faits réels | 112 min | SONY PICTURES ENTERTAINMENT FRANCE

Producteur
Nord Ouest Films
02 32 34 15 15
contact@nord-ouest.fr

Distributeur
SONY PICTURES ENTERTAINMENT FRANCE
01 44 40 62 00

Site du film

Synopsis

1989. Dans les cités déshéritées du 93, une bande de copains trouve un moyen d’expression grâce au mouvement hip-hop tout juste arrivé en France. Après la danse et le graff, Joey Starr et Kool Shen se mettent à écrire des textes de rap imprégnés par la colère qui couve dans les banlieues. Leurs rythmes enfiévrés et leurs textes révoltés ne tardent pas à galvaniser les foules et … à se heurter aux autorités. Mais peu importe, le Suprême NTM est né et avec lui le rap français fait des débuts fracassants !

En racontant de manière authentique les débuts du groupe Suprême NTM, le long-métrage d’Audrey Estrougo parvient à restituer l’énergie folle des débuts du hip hop en France

C’était une tâche qu’une génération de fans a toujours cru impossible et pourtant ils l’ont fait. Rendre à l’écran l’énergie dingue du groupe Suprême NTM ? Fait. Trouver des acteurs crédibles pour incarner la puissance de Joey Starr et de Kool Shen ? Fait. Restituer de manière crédible les débuts méconnus du hip hop en France? Fait. En un mot, la réalisatrice Audrey Estrougo a réussi un tour de force.

Ça commence dans un tunnel du métro parisien où une bande de copains se faufile la nuit avec des bombes de peinture à la main. Ils ne font pas encore de rap, ils tagguent et graffent des wagons en échappant à la police et aux agents de la RATP. Dès les premières minutes, l’énergie du hip hop, ce mélange de provocation, de violence et d’interdit, est palpable. Plus tard, on assiste dans un appartement à une séance, disons perfectible, d’enregistrement d’un titre par les rappeurs d’Assassin. Hilare, JoeyStarr se moque d’eux : « Arrêtez ! Le rap, c’est en anglais, c’est un truc d’Américains ! Laissez tomber, vous êtes ridicules ! ». Vexés, ils lui proposent du tac au tac de faire mieux. Piqué au vif, Joey Starr qui jusqu’à présent se contente de danser et tagger, décide de relever le défi. Et pour ça, il fait appel à son camarade de cité à Saint Denis, Kool Shen. Seulement, ils n’ont pas de texte et ils commencent donc à en rédiger ensemble la veille du concert… Bien sûr, leur apparition sur scène va déclencher une déflagration dont la France ne s’est toujours pas remise. Plus crédible que STRAIGHT OUTTA COMPTON (2015), le film de F. Gary Gray sur les débuts du groupe NWA, et aussi prenant que 8 MILE (2022), le biopic d’Eminem réalisé par Curtis Hanson, SUPRÊMES réussit à allier vérité historique et discours politique. Surtout, il évite de composer une saga en se concentrant sur la période courant de 1989 à 1992, soit de la naissance de Suprême NTM jusqu’à la sortie de leur premier album, AUTHENTIK, et leurs premiers pas médiatiques. Il faut également saluer la performance des jeunes acteurs méconnus, Sandor Funtek et Théo Christine, totalement crédibles dans l’exercice particulièrement difficile consistant à incarner des stars que le grand public connaît depuis des décennies. On retient également la façon de rendre de manière authentique l’ambiance folle des premiers concerts dans les MJC et les terrains vagues. L’exercice a sans doute été d’autant plus difficile qu’une série sur le même sujet était au même moment en développement pour Arte. Soumis à une concurrence frontale, le film s’en sort haut la main, peut-être parce que le rap a toujours été une compétition, une succession de clashes.

Fort heureusement, comme d’autres films musicaux récents tels que BOHEMIAN RHAPSODY (2018) ou même ALINE (2020), SUPRÊMES n’a pas oublié l’essentiel : le son NTM et l’importance de son créateur DJ S (interprété par Vini Vivarelli), ailleurs souvent écrasé par l’énorme personnalité des deux interprètes. Ainsi, regarder le film devient également un moyen de se replonger dans les débuts de carrière du groupe, avant les tubes, avant le premier Zénith parisien, quand les chansons se fabriquent sur un bout de papier en enchaînant les vannes et les punchlines. Le spectateur voit ainsi des hymnes se fabriquer sous ses yeux. On pense à AUTHENTIK, L’ARGENT POURRIT LES GENS et surtout le prophétique LE MONDE DE DEMAIN. Car ce film en est une nouvelle preuve, il leur appartient bel et bien.

Réalisateur : Audrey Estrougo
Scénariste : Audrey Estrougo, Marcia Romano
Directeur de la photo : Eric Dumont
Monteur : Sophie Reine
Ingénieur du son : Frederic De Ravignan
Décorateur : Emmanuelle Cuillery
Costumier : Hyat Luszpinski 
Production : Nord-Ouest Films 
Producteur : Philip Boeffard, Christophe Rossignon
Presse : Youmaly Ba
Distributeur : Sony Pictures Releasing
Partenaire TV : France 2
Réalisateur
Audrey ESTROUGO

Audrey Estrougo est née le 12 juillet 1983, elle grandi entre Paris et la banlieue Parisienne. À 26 ans, elle réalise sous premier film : Regarde moi, qui traite de l'univers des cités, sous un prisme féminin. Bien que très jeune et sans formation cinématographique, Audrey se voit alors proposer la réalisation d’une comédie musicale : Toi, moi, les autres, qui sort en 2011. Elle réalise en 2013 et sans aucun financement Une histoire banale qui traite des lendemains du viol. La Taularde, huis clos dans le milieu carcéral féminin avec Sophie Marceau, écrit après deux années d’immersion en maison d’arrêt, sort sur les écrans le 14 septembre 2016. En parallèle, Audrey a tourné sa première série télévisée pour Arte avec Romane Bohringer : Héroïnes une comédie sociale en trois épisodes diffusée en février 2017. En 2019 elle tourne son cinquième long métrage À la folie prévu pour une sortie en salles le 6 avril 2022 . À l'été 2020, elle commence le tournage de Suprêmes,  consacré aux débuts du groupe de rap français Suprême NTM, dont elle coécrit le scénario avec Marcia Romano. Le film est sélectionné au festival de Cannes 2021 dans la section officielle hors compétition.


VOIR LA BANDE ANNONCE
MÉDIAS