Tanger, le rêve des brûleurs

Leïla KILANI

ACCUEIL | Des films pour l'égalité | Tanger, le rêve des brûleurs
VOIR LE FILM
PHOTOS

Tanger, le rêve des brûleurs

Un film de Leïla KILANI

2002 | Documentaire | 53 mn | Vivement Lundi !

Producteur
Vivement Lundi !
02 99 65 00 74
contact@vivement-lundi.com

Distributeur
Vivement Lundi !
02 99 65 00 74
contact@vivement-lundi.com

Site du film

Synopsis

Ville-fenêtre du détroit de Gibraltar, Tanger a une identité ouverte. La frontière, à Tanger, est une présence, on la voit, elle apparaît par rebond, on la sent partout : c’est l’eau. En face, il y a une ligne continue : l’Espagne, la dernière avancée naturelle de l’Europe. Nul besoin de temps clair pour voir les côtes espagnoles. L’Europe est là, proche, palpable, évidente, à portée d’yeux, elle nargue de nouveaux aventuriers à la recherche d’une vie moins difficile.
En mai 1991, l’Espagne, à l’unisson des pays membres du groupe de Schengen, décide de soumettre les ressortissants maghrébins au régime de visas. Depuis, les candidats au départ clandestin, Marocains, Maliens, Sénégalais, Mauritaniens, et autres Africains, affluent massivement et sans discontinuité à Tanger. On les appelle en dialecte marocain les herraguas, les  » brûleurs « , et le brûleur est celui qui est prêt à tout accepter pour partir, celui qui est prêt à brûler ses papiers, son identité, pour faire de ce départ une entreprise irréversible. Partir est plus qu’une fantaisie, c’est une véritable obsession. en face, c’est la porte de l’Europe-Eldorado. Tanger est un nœud, un lieu et un moment où les destins individuels et l’histoire collective se rencontrent.
Au-delà de la description globale d’un mouvement de masse, ce film suit l’aventure de quelques brûleurs. Il tente de rendre visible leur « territoire », réel ou non, physique ou intérieur. D’une saison l’autre, on suit l’aventure de Rhimo, Denis et Azîz, leur vie ou plutôt leur survie, les différents états de la relation changeante, conflictuelle, obscure, désespérée, mais aussi ludique et désinvolte, qu’ils entretiennent avec le défi qu’ils se sont lancé : brûler, coûte que coûte…

Image : Benoît Chamaillard
Montage : Gladys Joujou
Son : Philippe Lecoeur & Thomas Perlmutter
Coproduction Vivement Lundi ! / France 3 / INA
avec la participation de Canal Horizons, du CNC, du Ministère des Affaires Etrangères, de la Procirep et le soutien de la Commission Européenne – Direction générale du Développement – pour une meilleure compréhension du monde en développement.

Prix du Documentaire au FESPACO 2003
Prix de la première œuvre de la Guilde des Cinéastes Africains au FESPACO 2003
Lauréat Prix Télémaques 2003/2004
Tanit d’or vidéo, Rencontres cinématographiques de Carthage 2004

 

Réalisateur
Leïla KILANI

Née à Casablanca en 1970, Leïla Kilani a toujours rêvé d'être clown. Elle vit entre Tanger et Paris où elle suit des études d'économie à Paris, obtient un DEA d'Histoire et de Civilisation de la Méditerranée puis prépare une thèse à l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales. Elle réalise ses premiers documentaires dans les années 2000 avec des films très remarqués Tanger le rêve des Brûleurs, en 2002, sur les candidats à l'émigration vers l'Europe, D'ici et d'ailleurs, documentaire sur la mémoire industrielle en France, ainsi que Nos lieux interdits en 2008, avant de réaliser Sur la planche, son premier long métrage de fiction.

Filmographie : 2011 : Sur la planche - Fiction - 105 minutes 2008 : Nos lieux interdits - Documentaire - 100 minutes 2002 : Tanger, le rêve des brûleurs - Documentaire - 52 minutes 2003 : Zad Moultaka, Beyrouth retrouvé - Documentaire - 60 minutes


MÉDIAS